Outils pour utilisateurs

Outils du site


reunion:tera-ciel-20170621

Tera-Ciel 21 juin 2017

Présents

  • Jules
  • Fred. B.
  • Chloé
  • Emmeline
  • Sim W.
  • Vincent

Thème

Comment faire du collectif avec des projets individuels ? Comment faire des projets individuels avec un collectif ? Comment on articule les deux ? (proposé par Fred. B., seul thème proposé)

Discussion

Fred. B.
En ce moment, à 52 ans, après avoir été dans bcp de projets collectifs. Je n'ai jamais autant ressenti le poids des projets individuels dans un collectif qu'à Tera. Ressenti de tensions permanentes entre projets individuels et projet collectif. C'est renforcé à Tera car il n'y a pas d'obligations à faire des tâches collectives. Interrogation dans le sens de l'expérimentation que l'on construit en ce moment : est-ce que c'est viable qu'il n'y ait aucune obligation à faire des tâches collectives ? Est-ce que l'on peut finalement constituer un collectif sans un certain nombre de règles que l'on se fixe collectivement. Au début j'avais plutôt une attitude positive, mais aujourd'hui je suis plutôt en train de douter. Inversement, est-ce que ce n'est pas un projet qui ne peut que détruire les projets individuels.

Emmeline
Qqchose qui m'a frappé dès mes premiers jours à Tera : le fait qu'on soit complètement libre de faire ce que l'on veut. Je fait une grosse différence entre liberté de faire ce que l'on veut quand on veut et respecter des engagements que l'on prend, à la journée/semaine/mois etc. J'ai des projets individuels, un se retrouve dans un collectif, un autre dans un autre collectif (Tera) et c'est compliqué de gérer 2 vies de collectifs + la vie privée + l'auto-entreprise.

Vincent
Est-ce qu'on pourrait pas restructurer à partir des gens : chacun s'engage à la semaine par exemple sur ce qu'il peut/va faire. Je pense qu'il faut parler rapidement d'un minimum à investir dans le collectif, de même manière qu'il y aura un minimum dans l'éco-village.

Chloé
Sujet vraiment super intéressant. Je m'interrogeais justement sur cette articulation individu / collectif. En ce moment, j'ai comme un mélange 3 choses différentes : impression d'être en vacances, en formation et au travail. Est-ce qu'il faut que je divise clairement en 3 mon temps entre ces 3 pôles ? Plutôt une personne moteur, et donc j'aurais vraiment envie et besoin de faire plein de choses pour le collectif, de prendre des responsabilités, mais j'ai aussi envie de réaliser des projets persos : est-ce que je peux les réaliser à Tera ?

Jules
Je pense que j'ai fait un bon choix d'aller chez Mathieu. Ici j'ai l'impression que j'ai plus besoin de me retirer ; ce sera plus confortable d'habiter à l'écart. Ça me conviendrait donc de fonctionner avec un planning, pour pouvoir m'engager sur les jours où je viens etc. Il faudrait donc que chacun puisse faire pareil et le communiquer aux autres?

Simon
Constat : Tera est un projet collectif, mais construit principalement par Fred au début, avec notamment un rythme qui ne correspond pas forcément avec le rythme de toutes les personnes formant le collectif aujourd'hui. D'un autre côté, c'est aussi ce qui a permis de nous attirer dans ce projet. Mais cela est source de tensions, et donc l'appropriation collective du projet et sa “redéfinition” est nécessaire et en cours d'ailleurs. D'où le besoin vital selon moi de poursuivre le travail et de poursuivre la théorie du changement.
Fort du constat que pour arriver à lancer l'éco-hameau expérimental, il faudra encore un peu de temps, et que la majorité des personnes est en situation perso “bancale”, à savoir loyer et factures à payer mais pas de source de revenu pérenne ou suffisante (rsa, chômage, etc.), je pense qu'il faut améliorer la “sécurisation” des situations persos. Tant qu'on est pas stable perso, difficile de pouvoir s'investir dans un collectif sainement
Idées :
- faire un jour par semaine, collectivement, dédié à l'autonomie : on s'organise collectivement pour produire et entretenir ce qu'on a chacun besoin pour la semaine : pain, lessive, dentifrice, légumes, confitures, … mais aussi compta, entretien/ménage etc. C'est le temps fort collectif, on mange tous ensemble - ceux qui le souhaitent commencent à construire leurs ptites maisons sur des terrains à trouver.
- chacun puisse développer des activités rémunératrices via la coop du tilleul
Je pense que ça permettrait de sécuriser les personnes (diminution des factures, source de revenu, …), de développer dès maintenant le volet “autonomie” du projet qui pêche un peu selon moi, de développer concrètement les expérimentations autour de l'habitat. Donc tout bénéf pour le collectif.

Fred. B.
Une des premières choses à faire collectivement est de rendre autonome ce lieu. La prochaine étape pourrait être l'autonomie électrique. Et chaleur. Puis nourriture. Le modèle financier / économique pourrait avancer en parallèle. Il faudrait que plus personne n'habite sur ce lieu, cela faciliterait beaucoup de chose en terme de gestion des repas, taĉhes ménagères etc. Le développement de la coopérative d'activité est aussi essentiel Il y a quand même un point qui me paraît clé dans ce moment historique : redéfinir entre nous les choses qu'on s'engage tous à faire dans le collectif, car aujourd'hui me semble trop centré sur la motivation de chacun et risque de tuer le projet (cf. problèmes récents avec le chantier). Je pense qu'il faut un rôle de coordinateur, pour recréer du collectif.

Emmeline
D'accord avec Jules, Simon, Fred. Super important l'autonomie du lieu, peut-être il pourrait être intéressant d'avoir des indicateurs sur cette autonomie. Malgré l'atmoshpère parfois un peu pesante qu'il peut y avoir, la fatigue etc., il ne faut pas oublier que ce que vous faites ici est “oufissime” :) Persuadée qu'il y a des solutions.

Vincent
Beaucoup aimé l'idée de consolider les situations de chacun. Aimerait faire des journées “tisane”, “coulis de tomate”, “confiture”, pour faire des choses ensemble et en plus pouvoir en tirer des sous.

Fred. B.
Une tâche fait tout seul peut être collective (par exemple : compta). Tout le monde n'aime pas forcément faire que des choses ensemble.

Chloé
Ça me fait penser à un lieu où je suis allée, la maison de l'inspir : c'est un lieu pour se ressourcer, mais un lieu partagé collectivement. Il n'y a aucune obligation à participer, comme à Tera. La différence est qu'il y a des temps (des créneaux horaires) prévus pour le travail collectif. Peut-être qu'il y a un manque de culture collective car on l'a pas assez expérimenté dans notre vie. Quand on est 20 à porter une poutre, aucun pb, par contre à 10 c'est galère. Idée du coordonnateur à creuser, peut-être plus pour aider chaque personne à trouver sa place car il a une vision globale. Ca m'a fait bizarre de ne pas avoir encore mangé de légumes du jardin. L'autonomie alimentaire me paraît qqchose de vital.

Simon
Ça me paraît également essentiel que plus personne n'habite de manière permanente à Lartel. Acter ça, plus le fait que l'éco-hameau ait lieu ailleurs nous permettrait d'enfin décider/designer ensemble ce lieu, pour qu'il devienne un lieu collectif/partagé de travail/échange.
Il me paraît important de plus séparer ce qui relève du collectif / de l'indivudel, tout en mutualisant les choses. Exemples : pour les courses, on commande chacun pour nous via la coop, et aussi pour Lartel/Tera, mais du coup de manière plus réduite qu'aujourd'hui car il y aura moins de repas (personne ne vivant sur place). Pour les activités : un jour / semaine on fait ensemble pour les besoins de chacun. De temps en temps quand on le décide ensemble on produit pour le collectif (besoin d'argent par ex), et le reste du temps, les gens peuvent s'organiser pour utiliser les moyens de production (four à pain, outils, …) pour leur activité perso.

Tour de clôture

Jules : plein de trucs intéressants, de l'entousiame. Par contre me demande comment on va faire pour trouver le temps de faire ce travail collectif.

Fred : la discussion m'a renforcé l'idée de concaténation que je constate en ce moment (et dans laquelle je me suis aussi inscrit depuis aujourd'hui), et non de collectif, et cela me fait un peu peur. Je me sens instatisfait par rapport à ça. J'accepte cette période d'incertitude

Emmeline : C'est complexe, ne pense pas que ce soit impossible. Pense qu'il faut aller au fond du fond des choses, revoir tout depuis la base collectivement.

Vincent : Ça me plaît la direction que ça prend. L'aspect de l'autonomie me questionne depuis un moment.

Chloé : Vraiment intéressant, plein de choses ont émergées que je n'aurais pas imaginé toute seule. Vraiment riche même si besoin encore de beaucoup d'approfondissements, de discussions. Ca me parle, voir que ces questionnements ont lieu ici me renforcent dans la confiance que j'ai dans le projet.

Simon : content, optimiste même s'il reste effectivement bcp à approfondir. C'est une nouvelle grande étape pour le collectif.

reunion/tera-ciel-20170621.txt · Dernière modification: 2017/06/23 10:59 de simon